Se débarrasser des phobies

Celui que le serpent a piqué prend peur d’une simple corde. » Proverbe Amazigh

On appelle phobie une peur irrationnelle et démesurée d’une situation précise comme de prendre l’ascenseur ou l’avion ou d’un objet spécifique comme la peur des araignées ou des serpents. L’angoisse vécue par la personne est très intense et limitante, voir handicapante. Les individus souffrant de phobie se retrouvent souvent tétanisés de peur et manifestent des crises d’angoisse aigue face au sujet de leur peur. La personne phobique est parfaitement consciente de sa peur et va donc chercher par tous les moyens à éviter l’objet ou la situation source d’angoisse, ce qui à long terme ne fait qu’ancrer et aggraver l’idée qu’elle se fait du danger.

On détermine différents types de phobies ;

Les phobies dites spécifiques ou phobies simples, déclenchées par un élément extérieur (une souris, une araignée, un serpent, ou la présence de sang). Elles peuvent être à la base d’une énorme détresse psychologique et avoir dans certains cas un impact profond sur la qualité de vie du patient, comme dans le cas des phobies du transport, les phobies des animaux ou les phobies des phénomènes naturels.

Les phobies sociales, qui se traduisent pour la peur d’interagir et d’échanger avec les autres. Elles sont l’expression d’une anxiété intense pouvant entraîner une dépression et un évitement des situations sociales.

L’agoraphobie, qui est la peur de quitter son environnement naturel et de se retrouver dans un endroit où il serait difficile ou compliqué de s’extraire, comme dans une foule ou dans une file d’attente, sur un pont ou dans un autobus, un train ou une voiture.

La claustrophobie elle, désigne la peur de se retrouver confiné dans un espace fermé, la peur des endroits clos, des petites pièces et de l’enfermement, l’appréhension de manquer d’air et de suffoquer.

Qu’est-ce que l’hypnose ?

Rappelons ici que l’hypnose est un état parfaitement naturel durant lequel notre état de conscience est tout simplement modifié. En d’autres termes, alors que nous passons notre temps à conscientiser les choses et les événements quotidiens, c’est-à-dire à rendre accessible à notre conscience des mécanismes inconscients au départ, l’état d’hypnose permet d’aller puiser directement dans notre inconscient sans passer par la case « conscience ». C’est une sorte de raccourcis qui permet notamment de remettre en place certaines mauvaises habitudes et comportements ou analyses faussées d’une situation. En l’occurrence pour ce qui est des phobies nous sommes en présence d’une forme de « bug » dans l’esprit du sujet qui subit une représentation déformée de la réalité, parfois liée à un événement traumatisant ou à des peurs enfantines, la phobie peut également se déclarer dans des périodes de stress, à la suite d’un accident, d’un deuil, ou tout autre événement marquant dans la vie d’une personne.

L’utilisation de l’Hypnose pour le traitement des phobies

Erickson a dit : « En traversant la vie, nous apprenons beaucoup par l’expérience. Nous apprenons des choses à travers l’expérience que nous ne savons même pas que nous apprenons » En d’autres termes il peut suffire d’une seule fois, une seule expérience dont nous n’avons même plus le souvenir, pour qu’un apprentissage reste ancré comme potentiellement dangereux ou angoissant. La technique la plus adaptée dans ce genre de cas va être l’approche fractionnelle comme l’utilisait souvent Erickson, il s’agit de réduire la peur du sujet à l’objet ou la situation qui a provoqué la peur à son caractère unique, plus la personne clarifie et détail sa première expérience plus la phobie généralisée va se réduire à la frayeur originelle qui est en cause et non plus aux expériences suivantes. Une autre technique utilisée pour gérer les phobies est le recadrage ou la modification de l’orientation à la réalité grâce à la dissociation. En dissociant le patient de l’objet de sa peur, le thérapeute va le guider pour qu’il agisse de façon sécurisée, « à distance » sur l’objet de sa peur, qu’il puisse transformer, manipuler la situation à sa guise et en faire quelque chose de moins effrayant, de plus acceptable tout en restant dans une zone de confort, puis lorsque l’objet phobique est devenu satisfaisant, moins dangereux ou même tout à fait acceptable pour le patient, il va pouvoir avec l’aide du praticien se ré-associer à la nouvelle image construite. Il existe évidemment bien d’autres techniques encore pour gérer les phobies et chacune d’elles dépend de l’histoire personnelle et unique de chacun. Il y a autant d’approches en hypnose que d’individus !

Pour prendre rendez-vous : labellehypnose@gmail.com

Article rédigé par J. Wolski

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s